Frontpage Slideshow (version 2.0.0) - Copyright © 2006-2008 by JoomlaWorks

Dossier chauffage

L'éco-prêt à taux zéro

Envoyer Imprimer PDF

Dernier volet de notre dossier consacré au chauffage : l'éco-prêt à taux zéro, une incitation forte pour la rénovation énergétique. L'éco-prêt à taux zéro est un engagement du Grenelle Environnement. Il vous permet de financer la rénovation énergétique de votre logement et ainsi de réduire vos consommations d'énergie et vos émissions de gaz à effet de serre. Avec ce prêt, vous pourrez opter pour des travaux efficaces en termes d'économies d'énergie, sans faire d'avance de trésorerie et sans payer d'intérêts.
Les décrets d'application parus au journal officiel du 31 mars dernier ont donné le feu vert pour le lancement de cet éco-prêt à taux zéro. Après les éco-prêts liés aux livrets de développement durable, ce nouveau crédit dynamise le marché de la rénovation énergétique. En point de mire : l'objectif fixé par le Grenelle de l'environnement de réduire d'au moins 38% la consommation énergétique des logements d'ici 2020 et de rénover complètement 400 000 logements chaque année à compter de 2013.
Ce prêt permet de financer des équipements et des travaux d'économie d'énergie dans les logements achevés avant le 1er janvier 1990, pour les travaux engagés à partir du 1er mars 2009.
Pour bénéficier d'un prêt allant jusqu'à 20 000€, vous, le propriétaire occupant ou bailleur, devez engager au moins deux investissements parmi les travaux suivants : isolation de la toiture, isolation de murs donnant sur l'extérieur, isolation de fenêtres et portes donnant sur l'extérieur, remplacement des systèmes de chauffage ou de production d'eau chaude par des systèmes plus performants ou utilisant des énergies renouvelables. Pour trois investissements, le montant de l'éco-prêt à taux zéro peut être porté jusqu'à 30 000€.
Ce prêt est distribué par les banques ayant signé une convention avec l'Etat et sera remboursable sans intérêts en 10 ans, voire 15 ans à l'initiative de la banque. Il est accordé en fonction d'un « formulaire devis », rempli par le propriétaire avec les artisans choisis et les devis correspondants et en fonction de la capacité à rembourser du propriétaire. Une fois le prêt accordé, vous disposez de deux ans pour fournir les factures de réalisation des travaux.
Quand on ajoute les avantages du crédit d'impôt (de 25 à 50% selon les équipements, cumulable pour les revenus fiscaux inférieurs à 45 000€), les subventions des collectivités et de l'Anah (Agence Nationale de l'Habitat) et la TVA à 5,5% sur les travaux, les incitations financières ne manquent pas pour changer ses fenêtres ou sa chaudière.
Vous devez toutefois bien cerner les contours de votre projet pour optimiser votre retour sur investissement. Il vous faut d'abord identifier les travaux les plus efficaces en économies d'énergie, grâce à une étude thermique par exemple, et bien intégrer que l'isolation est souvent la solution prioritaire. A vous de choisir ensuite d'effectuer une rénovation complète ou d'échelonner les investissements dans le temps, en fonction de vos contraintes et de vos moyens. Et, après analyse comparée de devis, la réalisation doit être confiée à des professionnels formés aux normes de performance thermique prévues dans les décrets.
Toutes ces conditions réunies, vous pourrez ainsi à la fois valoriser votre bien, économiser sur vos factures d'énergie et contribuer à la protection de l'environnement.

 

Des cheminées ultra design

Envoyer Imprimer PDF

chauffage5-dossiernov09Avec l'arrivée des froids hivernaux, un tour d'horizon des dernières tendances en matière de cheminées s'impose. Si le feu fascine depuis la nuit des temps et n'est pas près de s'éteindre, les critères économiques et écologiques jouent aujourd'hui un rôle primordial, ce que les fabricants ont bien compris.
Le côté déco joue, lui, un rôle déterminant. De ce fait, les concepteurs de cheminées adaptent leurs produits aux dernières tendances. Lignes contemporaines et épurées, accessoires revisités, habillage soigné, le plus fréquemment avec des matériaux comme l'acier, la brique réfractaire, la pierre reconstituée, la céramique, la laque, le vernis ou la stéatite rendent le marché concurrentiel et le choix plus sélectif. Design moderne, décor interchangeable, déplaçable, sans conduit... les cheminées tirent donc leur épingle du jeu et s'éloignent des clichés.
Avec de nouveaux modèles très en vogue, le système interchangeable enregistre 20% du total des ventes et le bioéthanol ou éco-éthanol qui ne nécessite aucun conduit marque une offre en pleine explosion. Grande nouveauté éco-citoyenne également : les granulés de bois ! Issus du compactage des sous-produits de la transformation du bois comme la sciure qui est affinée, séchée et ensuite compressée sans colle ni additif, ils ne dégagent aucune fumée lors de leur combustion, uniquement des gaz. Le taux de cendres est inférieur à 1% et le pouvoir calorifique est d'environ 5 kWh par kg, permettant un rendement énergétique des meilleurs.
Véritable objet de décoration, les constructeurs de cheminées inventent des modèles de plus en plus fous. Des cheminées tableau, des cheminées table basse, des cheminées télévisions, cheminées en cube... Les designers vont au delà de l'imaginaire !

 

La régulation thermique

Envoyer Imprimer PDF

chauffage4-dossiernov09

Avoir un intérieur toujours à la bonne température, c'est-à-dire adaptée au moment et à l'endroit, c'est l'idéal. Non seulement en termes de confort, mais aussi d'économie d'énergie.
Cette régulation permet de maintenir une température ambiante constante, selon la valeur que vous choisissez, et ce, quelles que soient les conditions extérieures. Elle prend donc en compte les apports de chaleur (le soleil en journée, le fonctionnement des appareils de cuisson aux heures de repas...) pour moduler la production de chaleur et ainsi agir directement sur le système de chauffage. Elément complémentaire de la régulation thermique, la programmation fait varier la température suivant vos désirs et votre mode de vie (absences/présences, jour/nuit...).
Diverses possibilités existent alors. La sonde extérieure, par exemple, est recommandée pour les chaudières à basse température et les maisons quatre façades. Elle ajuste la température intérieure en fonction de la température extérieure. Le thermostat d'ambiance, lui, coupe le circulateur du chauffage quand la température programmée dans une pièce de référence (souvent le séjour) est atteinte. Les vannes thermostatiques offrent quant à elles une régulation de la température adaptée à chaque pièce. On peut aussi placer un aquastat qui arrête la chaudière quand l'eau de sortie atteint la température désirée, en fonction de la saison par exemple.
Quelque soit la solution que vous adopterez, vous ferez le bon choix. La régulation thermique, c'est effectivement la bonne température au bon moment, jusqu'à 25% d'économies d'énergie et une utilisation très simple !

 

Les corps de chauffe

Envoyer Imprimer PDF

chauffage3-1-dossiernov09Suite de notre dossier chauffage, aujourd'hui consacré aux corps de chauffe.
Dans un réseau classique de chauffage, la chaleur est propagée via des tuyauteries isolées renfermant le fluide caloporteur, le plus souvent de l'eau. Horizontalement, ces tuyaux sont noyés dans la chape ou passent dans un faux-plafond. Verticalement, les tuyaux passent de façon visible dans des locaux techniques (garage, buanderie...) ou sont dissimulés dans des gaines techniques. Ponctuellement, les tuyaux peuvent aussi être encastrés dans les murs.
Traditionnellement, ce sont des radiateurs qui permettent au final de chauffer les différentes pièces de la maison. De nombreux modèles existent en fonction des besoins, mais aussi de l'esthétique recherchée : face ondulée ou plane, couleurs, structure tubulaire pour porter des serviettes dans la salle de bains etc. De façon générale, la chaleur produite par le chauffage central est emmagasinée dans le corps de chauffe grâce à différents matériaux (fonte, aluminium, acier etc.), puis restituée via la carrosserie du radiateur. Au-delà des modèles classiques, il existe une variété de radiateurs adaptés à toutes les situations : à accumulation, en bloc fonte, en panneau rayonnant ou aussi en plancher chauffant.
Dans certaines habitations contemporaines, des convecteurs à air pulsé encastrés dans le sol sont également utilisés pour éviter l'encombrementchauffage3-2-dossiernov09 des radiateurs. En parallèle, il existe aussi des alternatives de chauffage non centralisé comme les convecteurs électriques. Ceux-ci chauffent l'air entrant dans leur enveloppe métallique au moyen de résistances et le diffusent par une sortie d'air frontale. Ils permettent donc un chauffage immédiat et individualisé pièce par pièce, indépendamment d'une chaudière. Revers de la médaille : ce système ne permet pas une régulation thermique globale du système de chauffage et crée de grandes différences de température entre sol et plafond, puisque l'air chauffé monte.
Enfin, parmi les autres corps de chauffe indépendants, on pointera encore les poêles, foyers... qui apportent un appoint agréable dans les pièces de vie et peuvent éventuellement se substituer au chauffage central en demi-saison.

 

Les alternatives à la chaudière

Envoyer Imprimer PDF

chauffage2-dossiernov09Si la chaudière est le mode le plus classique de production de chaleur, il existe d'autres techniques, comme par exemple la pompe à chaleur. Cet appareil puise des calories dans le milieu ambiant extérieur (le plus souvent dans le sol, mais aussi dans une nappe phréatique ou plus simplement dans l'air). Cette chaleur est ensuite amenée par compression à la température souhaitée pour être redistribuée dans la maison ou pour chauffer l'eau chaude sanitaire.

Parfaitement adaptée aux maisons, l'utilisation de pompes à chaleur est en forte croissance : +100% par an ! C'est effectivement un moyen économique et écologique de chauffer son habitation. Puisqu'elles utilisent une énergie renouvelable et gratuite, elles ne rejettent quasiment pas de gaz carbonique dans l'air. Par ailleurs, fonctionnant à l'électricité, leur consommation reste très raisonnable et peut vous permettre de faire jusqu'à 60% d'économie sur votre facture d'énergie. Sachez enfin que l'investissement initial est de 6 000 à 20 000€ pour une maison de 100m² auquel vous pourrez déduire 40% de crédit d'impôt.

chauffage3-dossiernov09Une autre alternative qui permet de produire de la chaleur sont les panneaux solaires thermiques pour chauffer l'eau, ou photovoltaïques pour chauffer les espaces. Le soleil, source d'énergie 100% gratuite et inépuisable, est utilisé pour produire la chaleur de votre foyer. Bien qu'en pleine expansion, ces panneaux sont surtout utilisés en complément d'un autre mode de chauffage et non pas comme source unique de chaleur, en tout cas dans un pays comme la France où le rayonnement solaire n'est pas permanent. Si vous optez pour un tel dispositif, il faudra également tenir compte de l'impact esthétique qu'auront ces panneaux sur votre habitation, bien que déjà l'on voit apparaître des tuiles photovoltaïques esthétiques et discrètes.

 
Plus d'articles...
Page 1 de 2

Nos Partenaires